Définition: autopoïese, cicatrice pathogène et correction

L’autopoïese

Dans nos articles nous parlons souvent du processus d’auto-réparation de l’organisme face à une agression subie. Ce mécanisme d’auto correction est appelé autopoïese.

Face à une agression virale ou microbienne, l’organisme met en place une réaction immunologique avec la production d’anticorps.

Dans le cas d’une blessure cutanée, il active un processus de cicatrisation.

Enfin, dans le cas d’une fracture, le corps active les cellules responsables de la consolidation et la formation d’un cal osseux.

 

Par ces exemple, nous pouvons remarquer que chaque agression provoque une réaction spécifique de l’organisme qui aboutie à l’élimination complète de la lésion et à la reconstitution du tissu atteint.

Ainsi, pour que ce processus fonctionne, il est indispensable que l’organisme reconnaisse l’agresseur.

 

La cicatrice pathogène

La cicatrice pathogène est une cicatrice incomplète. Elle se forme lorsque la réaction d’auto correction de l’organisme est incomplète ou insuffisante. Souvent la cause est la mauvaise reconnaissance de l’agresseur.

La conséquence de cette cicatrice pathogène est la formation d’une zone altérée sur l’un des tissu de l’organisme. Ceci entraîne des dysfonctionnements ou symptômes locaux ou à distance. L’accumulation de ces cicatrices affaiblit l’organisme et peut provoquer l’apparition d’une maladie.

 

La détection et la correction des cicatrices pathogènes

Par la micropalpation le microkinésithérapeute repère ces cicatrices et stimule le corps pour qu’il puisse reprendre le processus d’autopoïese qui n’a pas fonctionné correctement lors de l’agression initiale. Après cette stimulation, le corps retrouve sa vitalité normale. La disparition des symptômes nécessite environ quarante huit heures, c’est le temps de résorption de l’inflammation locale ou à distance provoquée par la cicatrice pathogène.

Lorsque ce mécanisme d’auto réparation se réenclenche, il provoque souvent l’apparition d’une sensation de fatigue, une envie de dormir. Ceci est du à l’élimination des cicatrices pathogènes et c’est pour cette raison qu’il est conseillé après une séance de microkinésithérapie de limiter l’exercice physique et de boire en plus grande quantité dans les jours qui suivent.